Connexion
Accueil > L'orchestre
Mercredi 14 Novembre 2018


Historique

Né en 1983 sous l'impulsion de trois jeunes musiciens de la région soucieux de créer un ensemble orchestral amateur, l'orchestre La Folia de Lille n'a depuis cessé de se développer pour atteindre rapidement une taille symphonique et bénéficier d'un rayonnement régional.

Placé sous la direction de Alicia Farace à partir de 1985, il donne dans la région une dizaine de concerts par an, avec le soutien actif des conseils généraux du Nord et du Pas-de-Calais. Son fonctionnement lui permet de se produire aussi bien dans de petites municipalités que dans le cadre de festivals ou de manifestations à caractère humanitaire.

L'orchestre bénéficie d'un encadrement professionnel, et ses musiciens, tous issus d'écoles et conservatoires de la région, sont recrutés sur audition.

L'orchestre a régulièrement mené des projets en collaboration avec le Choeur Régional du Nord Pas-de-Calais, le choeur universitaire de Halle (Allemagne), le choeur Multiphonie, ou le choeur Francis Poulenc de Neuville en Ferrain.

L'orchestre a, par ailleurs, au cours de stages d'été, produit des oeuvres du répertoire lyrique (Barbe bleue, La fille de Mme Angot, ...).

Jusqu'en 2005, l'orchestre a travaillé sous la baguette d'Eric Deltour, directeur du choeur Régional du Nord Pas-de-Calais. François Clercx, élève de Jean-Sébastien Bereau, lui a succédé.

Un fonctionnement original

L'orchestre présente la particularité d'être ouvert à tous.
Il réunit des musiciens amateurs de bon niveau, de tous âges et de tous horizons, ainsi que des jeunes étudiants de conservatoire qui travaillent tous avec le concours et l'encadrement de musiciens professionnels (chef d'orchestre et chefs de pupitres).

Outre le travail hebdomadaire, les musiciens aiment se retrouver pour des stages d'été ou des échanges avec d'autres formations européennes.

La direction musicale : François CLERCX par Jérome DESCAMPS

S'il s'agit en quelques mots de définir la personnalité du chef d'orchestre François Clercx, on pourrait, sans risquer d'être par trop réducteur, dire quil est un musicien éclectique et humaniste.

Eclectique par sa formation, conçue d'emblée selon un double cursus : une formation universitaire lui permet d'acquérir les bases solides d'une réflexion théorique sur la musique et son interprétation, et une formation au conservatoire en piano, musique de chambre et direction d'orchestre fait de lui un instrumentiste accompli. Il reçoit notamment l'enseignement du chef d'orchestre Jean-Sébastien Béreau, ancien assistant de Leonard Bernstein et Pierre Boulez, qui lui transmet aussi une tradition issue de ses maîtres, les compositeurs Darius Milhaud, Maurice Martenot et Olivier Messiaen.

Eclectique par sa conception du répertoire : pour François Clercx, la curiosité intellectuelle et l'amour de la musique guident le choix des programmes des concerts ; qu'il s'agisse d'interpréter une oeuvre classique du XVIIIème siècle ou une partition contemporaine, il est mu avant tout par la passion de partager des émotions musicales avec les musiciens de l'orchestre. Le plaisir que chacun aura de jouer avec les autres artistes est un critère déterminant dans le choix des oeuvres programmées.

L'idée qu'il se fait de son art de chef d'orchestre correspond en tout point à la vision humaniste exprimée par le compositeur et maestro Igor Markevitch, dans des propos tenus en 1955 : "J'aime l'orchestre, cette société fermée et pleine de sens, où chaque élément accepte sa fonction comme réalité organique de l'oeuvre. Le fait d'être au service d'une pensée souveraine y entretient une admirable humilité. Il ne faut pourtant pas croire que l'orchestre soit formé de violons, de flûtes ou de cors ; ce sont des flûtistes, des cornistes et des violonistes qui font de cet organisme une réalité vivante. Plus les Maîtres ont été grands, plus ils ont écrit non pour l'instrument, mais pour l'homme qui l'anime. C'est pourquoi la pensée des Maîtres revit dans la mesure où le chef sait créer un contact humain avec ses instrumentistes. Quel travail d'équipe, quel jeu unique quand on y parvient !"

Grâce à cette connivence évidente avec les musiciens, François Clercx sait merveilleusement éclairer le texte musical, en faire entendre les nuances et la complexité, pour créer l'impression unique que tout écran parasite a disparu entre la partition et l'auditeur. Un instinct aigu de la sonorité, un sens délicat du rythme se manifestent alors à travers des gestes et des regards précis et expressifs, qui traduisent tant l'exigence du chef que sa maîtrise de la structure des oeuvres.

Ce rôle de "médium" de la musique, de passeur d'émotions musicales, a toujours été au coeur des préoccupations de François Clercx, que ce soit par l'enseignement (il est titulaire du diplôme d'Etat de professeur de piano), par la pratique instrumentale (il se produit régulièrement en récital comme pianiste soliste ou au sein de formations de musique de chambre) ou par la direction d'orchestre : en 2000, il crée l'Orchestre Symphonique du Ferrain ; en 2005, il prend la direction de la "Folia de Lille", avec laquelle il peut assouvir sa passion pour les horizons nouveaux : la diversité des répertoires abordés, la richesse des contacts humains, au sein de l'orchestre mais aussi avec les musiciens invités, par exemple des solistes internationaux comme le hautbo&itrema;ste François Leleux ou le trompettiste David Guerrier, autant d'expériences qui continuent de forger la personnalité d'un musicien d'exception.